Vaccination : Le coup d’accélérateur donné par le gouvernement est-il juste un coup de com’ ?

Quelques jours seulement après avoir été édictées, les mesures du gouvernement pour accélérer la vaccination ressemblent de plus en plus à un écran de fumée pour masquer le manque de doses

  • En France, les mesures s’accumulent pour permettre d’accélérer la cadence de la vaccination.
  • Après avoir notamment augmenté la vaccination le week-end dernier ou ouvert la vaccination aux pharmaciens, une proposition est faite pour également permettre aux vétérinaires de vacciner.
  • Mais derrière ces mesures, de nombreux couacs semblent montrer que la lenteur de la vaccination ne se joue pas là.

Tout avait pourtant si bien commencé. La semaine dernière, le Premier ministre Jean Castex et le ministre de la Santé Olivier Véran annonçaient une accélération massive de la vaccination. Les pharmaciens obtenaient le droit de vacciner à leur tour, tandis que le week-end de l’annonce, une vaccination massive était déployée en France : 200.000 doses le samedi, et 100.000 le dimanche – 20 fois plus que le dimanche précédent. De quoi croire, le temps de quelques jours, a une réelle mise en marche de la machine et enfin une « vaccination à tour de bras » contre le coronavirus.

Et puis dimanche soir, l’énorme désillusion a eu lieu, sous la forme d’un mail de la Direction générale de la Santé à 22 heures passé. « Il ne sera pas possible de prendre des commandes pour les médecins compte tenu du nombre de doses livrées par AstraZeneca », des doses alloués aux pharmaciens. Toutes ces mesures ne sont-elles pas des écrans de fumées pour faire croire à une accélération de la vaccination alors que les doses sont désespérément limitées ?

Le bouchon de février à nouveau redouté

« C’est en tout cas ce que l’on peut craindre » « Il y a une volonté de donner une impression de mouvement ou de faire du chiffre à tous crins à court terme. »

c’est ce qui est redouté avec une utilisation massive de doses ce week-end, dont une écrasante majorité de primo-injection (186.400 primo-injections sur les 202.000 doses de ce samedi). De fait, le nombre de personnes ayant reçu au moins une dose de vaccin en France augmente subitement, mais cela peut par la suite entraînait un ralentissement de toute la machine.

Moins de coups d’éclat, plus de régularité

« Au lieu d’avoir des actions coup de poing spectaculaires et faites pour la communication, il serait beaucoup plus efficace d’avoir une ligne claire et de s’y tenir ».

Sur le front de la vaccination ce week-end. c’étaient les plus rapides à s’inscrire à Doctolib, société privée,  qui ont été vaccinés, et non pas nécessairement les plus prioritaires. On peut douter d’un tel procédé ».

Un problème de dose, pas de bras

Une illisibilité qui pèse lourd : « On a peu de doses et en plus c’est une gageure administrative de savoir quand et si on les a ».

« On veut travailler ensemble, médecins, pharmaciens, infirmiers, etc, mais encore faut-il le pouvoir, et alimenter tout le monde ». Car chacun l’assure, ce n’est pas la volonté ou le savoir-faire qui manque. « Quand on aura assez de doses, on vaccinera à tour de bras. C’est ce problème qu’il faut régler, le reste c’est plus de la communication que de la solution ». Et le réel souci, c’est que personne ne peut dire quand précisément sera réglé ce problème de dose.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *